parcours

Les cours du soir à l’école des Beaux Arts de Perpignan, un cursus universitaire jusqu’à la maîtrise en Arts Plastiques à Toulouse, mémoire sur le motif, la répétition, la matrice.

Stage sur le travail en résine de Toni Grand aux ateliers Bonnefoy, dessiné à l’Académie de Dessin de Toulouse, fait des recherches aux ateliers  Croix Baragnon où j’ai pu développer un travail de gravures sur plaque de cuivre ou zinc à l’eau forte ainsi qu’une exploration de l’univers riche et stimulant de la céramique.

Appris le Tour avec Thalia Reventlow, Serge Guerrier.

Géré et animé l’association LZ’R /Toulouse., atelier d’expressions céramique et artistique, petite plateforme d’échanges culturels, avec Hélène, Céline, Valérie, Aude.

Puis rencontre avec Jean Dominique Fleury , accueil simple et  chaleureux dans son atelier pour un travail de grisaille sur verre.


1996

Ma recherche artistique prend source dans le creux sensuel du bol japonais Raku [désigne la dynastie de potiers descendant de Chojiro qui a élaboré un nouveau type de bol pour la cérémonie du thé sous l’impulsion du Maître Sen No Rikyu], exploration du ventre et des symboles féminins, signes, codes, questionnements sur l’identité, expression du désir et de la chair (vulves)


2005

Un cheminement anthropomorphique me permet dérouler ce fil depuis une dizaine d’années, ce qui m’amène aujourd’hui à m’interroger sur les liens formels entre les genres, entre les règnes / animal – végétal. Jouer avec les frontières, inventer ou donner à voir des créatures polymorphes, « collages » permettant des mutations libres, plantes organiques, animaux fossiles, pierres végétales. (sensations fantômes – bulbes)

En volume la terre cuite se fait larve ou bulbe, couverte de terre colorée, de poudre de marbre. En dessin, traits rouges au carbone, empreintes à la mine de plomb, ombres sanguines. En peinture, Gesso, encre noire, papier marouflé.

Puis, je « rencontre » Edouardo Chillida, los peines del viento me conduisent jusqu’à Leku. Je vois des dessins de mains.

Les mains apparaissent fragments de corps, et dans le prolongement des mutations libres, poussent sur le papier en association spontanées > boites – cœur – œuf de roussette…


2007

J’en étais aux mutations, passages ténus entre les règnes, équilibre trouvé. Soudain fragmentation, rupture. Le corps éclate. Une autre histoire se dessine.

Gouvernés par les sentiments, le paris de la confiance en faillite. Les icônes sont langage, fétiches qui pansent. Je peins et dessine dans une « Lucidité inconstante », le cœur végétal (bulbes) se charge des émotions pour apparaitre organique.


2009 à nos jours

C’est « La toute petite histoire de l’humanité » dont chacun de nous est le centre, émotions nourries des influences diverses, culturelles, sociales, mémoire individuelle et collective ne font qu’un. Pris dans l’engrenage, nous sommes chimiques.

espaces et temps sans cesse remis en questions, je cherche la poésie du passage.



Je tire le fil.


  • En chimie le polymorphisme est le phénomène suite auquel une substance cristallise dans plusieurs structures différentes.
  • En biologie animale, le polymorphisme est la propriété qu’ont certains animaux de se présenter sous plusieurs formes différentes, notamment à la fin de leur développement. Le dimorphisme sexuel peut être considéré comme un exemple particulièrement répandu de polymorphisme, mais les exemples avec plus de deux formes sont beaucoup plus rares.


dates